L’exposition à des courants parasites dans les abreuvoirs et les nourrisseurs modifie le comportement et le statut oxydant des porcelets

L’exposition à des courants parasites dans les abreuvoirs et les nourrisseurs modifie le comportement et le statut oxydant des porcelets

Publication scientifique

Santé animale

L’exposition à des courants parasites dans les abreuvoirs et les nourrisseurs modifie le comportement et le statut oxydant des porcelets

La présence de courants parasites de faible tension dans les abreuvoirs et les nourrisseurs en post-sevrage modifie le comportement des porcelets et augmente leur concentration sanguine en hydroperoxydes. Cela suggère que les courants parasites de faible tension sont une source de stress physiologique pour les porcelets.

Cette étude évalue l’impact de courants parasites de faible tension présents dans le mobilier d’élevage sur des indicateurs comportementaux et physiologiques de bien-être et de santé des porcs. Deux bandes successives de 860 porcs sevrés à 28 jours et répartis dans deux salles, avec 12 cases de 33 à 36 porcelets par salle, ont été incluses dans cette étude. Dans chaque case, la différence de potentiel entre le sol et chaque abreuvoir et nourrisseur a été mesurée toutes les deux semaines. Les porcelets ont été répartis en quatre groupes en fonction du voltage dans les abreuvoirs et les nourrisseurs. Des observations comportementales réalisées via la méthode du scan sampling deux fois par semaine pendant sept semaines montrent que les porcelets exposés à des hauts voltages dans les abreuvoirs (HTA > 125 mV) passent moins de temps debout inactifs (P = 0,05) et plus de temps à manipuler leurs congénères (P = 0,003). Les porcelets exposés à des hauts voltages dans les nourrisseurs (HTN > 50 mV) passent moins de temps à dormir (P = 0,02). Les porcelets exposés à des tensions parasites dans les nourrisseurs passent plus de temps à flairer et agresser les congénères, mais cet effet est influencé par le niveau de voltage dans les abreuvoirs (P = 0,02 et P = 0,03, respectivement). La concentration en hydroperoxydes tend à être supérieure chez les porcelets exposés à des tensions parasites dans les abreuvoirs et les nourrisseurs (P = 0,06). Nos résultats suggèrent que la présence de courants parasites influencerait les comportements et le statut oxydatif des porcelets en post-sevrage

Intérêt de la vaccination et diagnostic de la pneumonie enzootique

Intérêt de la vaccination et diagnostic de la pneumonie enzootique

Publication scientifique

Santé animale

Intérêt de la vaccination et diagnostic de la pneumonie enzootique

Cette étude a été réalisée pour une prestation de R&D externe pour un laboratoire pharmaceutique. L’objectif était double. Premièrement, pour notre client, cette étude a permis de comparer l’efficacité de deux de ces vaccins pour la prévention de la pneumonie enzootique en élevage en se basant sur des critères cliniques, de performances techniques (GMQ, mortalité) et sur des critères lésionnels à l’abattoir. Cette étude a aussi permis d’étudier la dynamique de Mycoplasma hyopneumoniae en élevage en comparant le nombre de porcs positifs (par PCR et par analyse sérologique) et la charge bactérienne entre des porcs vaccinés à des porcs non vaccinés élevés ensemble.

Conséquences des paramètres sanguins sur les performances de mise bas

Conséquences des paramètres sanguins sur les performances de mise bas

Publication scientifique

Santé animale

Conséquence des paramètres sanguins sur les performances de mise bas

Les paramètres sanguins sont un indicateurs de la santé des porcs mais sont peu utilisés car peu documentés à ce jour. Dans une étude précédente de 2013, notre équipe avait démontré les conséquences de l’anémie au cours de la gestation sur la mise bas, et en particulier sur la mortinatalité. Depuis, l’amélioration génétique et l’augmentation de la prolificité ont motivé de remettre à jour ces données. C’est l’objet de cette étude. A travers cet article, nous proposons des intervalles de références des données de numération formule sanguine (NFS) et nous étudions la conséquence des paramètres sanguins sur les performances de mise bas. Il existe des différences significatives entre les NFS des cochettes en gestation et des truies multipares : les dénombrements de cellules des lignées blanches et rouges, l’hématocrite et l’hémoglobinémie sont plus élevés chez les cochettes. De plus, plus il y a de nés totaux, plus l’hémoglobinémie des truies en fin de gestation est faible. Enfin, pour les truies d’un rang supérieur à 5 et plus, plus l’hémoglobinémie est faible en fin de gestation, plus le taux de mort-nés est élevé à la mise bas. Notre étude confirme donc le rôle majeur de l’anémie des truies sur la survie du porcelet lors de la mise bas.

Mieux comprendre les diarrhées néonatales pour une meilleure prise en charge (2/2)

Mieux comprendre les diarrhées néonatales pour une meilleure prise en charge (2/2)

Publication scientifique

Santé animale

Qualité de la soupe distribuée aux truies : attention aux diarrhées néonatales !

Cette étude s’inscrit dans notre projet de R&D interne visant à mieux comprendre les diarrhées néonatales, pour permettre une meilleure prise en charge de ce problème lourd de conséquences à la fois pour la santé des porcelets et pour les performances techniques et économiques des élevages. L’objectif de cette étude cas-témoin était d’évaluer si la qualité microbiologique de la soupe non-fermentée distribuée aux truies était associée à la présence de diarrhées néonatales récurrentes dans l’élevage. Notre étude suggère que plus les dénombrements de coliformes totaux, d’entérocoques et de levures sont élevés dans la soupe distribuée aux truies, plus la probabilité d’observer des diarrhées néonatales dans l’élevage est grande. De plus, si les deux critères microbiologiques coliformes totaux et levures sont simultanément dégradés, la probabilité d’observer des diarrhées néonatales est maximale. Cette étude nous oblige donc à intégrer systématiquement une analyse des soupes distribuées aux truies dans notre diagnostic de diarrhées néonatales.

Qualité de la soupe distribuée aux truies : attention aux diarrhées néonatales (1/2)

Qualité de la soupe distribuée aux truies : attention aux diarrhées néonatales (1/2)

Publication scientifique

Santé animale

Qualité de la soupe distribuée aux truies :

attention aux diarrhées néonatales (1/2)

Les dénombrements des levures, des coliformes totaux et des entérocoques dans les soupes distribuées aux truies semblent être des critères pertinents pour juger si la qualité de la soupe est à risque d’apparition de diarrhées néonatales.

Mycoplasma suis : une infection probablement enzootique en France

Mycoplasma suis : une infection probablement enzootique en France

Publication scientifique

Santé animale

Mycoplasma suis : une infection probablement enzootique en France

Mycoplasma suis a été détectée dans les 10 élevages et dans toutes les parités, ce qui suggère que l’infection par M. suis est probablement répandue et enzootique. Néanmoins, dans notre étude, sur la base des signes cliniques et des paramètres de production, hématologiques et biochimiques, nous n’avons pas pu démontrer un impact significatif de l’infection par M. suis sur l’état de santé et les performances des troupeaux de truies, à l’exception d’une augmentation du taux de mortinatalité chez les cochettes.