Intérêt de la vaccination et diagnostic de la pneumonie enzootique

Intérêt de la vaccination et diagnostic de la pneumonie enzootique

Publication scientifique

Santé animale

Intérêt de la vaccination et diagnostic de la pneumonie enzootique

Cette étude a été réalisée pour une prestation de R&D externe pour un laboratoire pharmaceutique. L’objectif était double. Premièrement, pour notre client, cette étude a permis de comparer l’efficacité de deux de ces vaccins pour la prévention de la pneumonie enzootique en élevage en se basant sur des critères cliniques, de performances techniques (GMQ, mortalité) et sur des critères lésionnels à l’abattoir. Cette étude a aussi permis d’étudier la dynamique de Mycoplasma hyopneumoniae en élevage en comparant le nombre de porcs positifs (par PCR et par analyse sérologique) et la charge bactérienne entre des porcs vaccinés à des porcs non vaccinés élevés ensemble.

Conséquences des paramètres sanguins sur les performances de mise bas

Conséquences des paramètres sanguins sur les performances de mise bas

Publication scientifique

Santé animale

Conséquence des paramètres sanguins sur les performances de mise bas

Les paramètres sanguins sont un indicateurs de la santé des porcs mais sont peu utilisés car peu documentés à ce jour. Dans une étude précédente de 2013, notre équipe avait démontré les conséquences de l’anémie au cours de la gestation sur la mise bas, et en particulier sur la mortinatalité. Depuis, l’amélioration génétique et l’augmentation de la prolificité ont motivé de remettre à jour ces données. C’est l’objet de cette étude. A travers cet article, nous proposons des intervalles de références des données de numération formule sanguine (NFS) et nous étudions la conséquence des paramètres sanguins sur les performances de mise bas. Il existe des différences significatives entre les NFS des cochettes en gestation et des truies multipares : les dénombrements de cellules des lignées blanches et rouges, l’hématocrite et l’hémoglobinémie sont plus élevés chez les cochettes. De plus, plus il y a de nés totaux, plus l’hémoglobinémie des truies en fin de gestation est faible. Enfin, pour les truies d’un rang supérieur à 5 et plus, plus l’hémoglobinémie est faible en fin de gestation, plus le taux de mort-nés est élevé à la mise bas. Notre étude confirme donc le rôle majeur de l’anémie des truies sur la survie du porcelet lors de la mise bas.

Mieux comprendre les diarrhées néonatales pour une meilleure prise en charge (2/2)

Mieux comprendre les diarrhées néonatales pour une meilleure prise en charge (2/2)

Publication scientifique

Santé animale

Qualité de la soupe distribuée aux truies : attention aux diarrhées néonatales !

Cette étude s’inscrit dans notre projet de R&D interne visant à mieux comprendre les diarrhées néonatales, pour permettre une meilleure prise en charge de ce problème lourd de conséquences à la fois pour la santé des porcelets et pour les performances techniques et économiques des élevages. L’objectif de cette étude cas-témoin était d’évaluer si la qualité microbiologique de la soupe non-fermentée distribuée aux truies était associée à la présence de diarrhées néonatales récurrentes dans l’élevage. Notre étude suggère que plus les dénombrements de coliformes totaux, d’entérocoques et de levures sont élevés dans la soupe distribuée aux truies, plus la probabilité d’observer des diarrhées néonatales dans l’élevage est grande. De plus, si les deux critères microbiologiques coliformes totaux et levures sont simultanément dégradés, la probabilité d’observer des diarrhées néonatales est maximale. Cette étude nous oblige donc à intégrer systématiquement une analyse des soupes distribuées aux truies dans notre diagnostic de diarrhées néonatales.

Qualité de la soupe distribuée aux truies : attention aux diarrhées néonatales (1/2)

Qualité de la soupe distribuée aux truies : attention aux diarrhées néonatales (1/2)

Publication scientifique

Santé animale

Qualité de la soupe distribuée aux truies :

attention aux diarrhées néonatales (1/2)

Les dénombrements des levures, des coliformes totaux et des entérocoques dans les soupes distribuées aux truies semblent être des critères pertinents pour juger si la qualité de la soupe est à risque d’apparition de diarrhées néonatales.

Mycoplasma suis : une infection probablement enzootique en France

Mycoplasma suis : une infection probablement enzootique en France

Publication scientifique

Santé animale

Mycoplasma suis : une infection probablement enzootique en France

Mycoplasma suis a été détectée dans les 10 élevages et dans toutes les parités, ce qui suggère que l’infection par M. suis est probablement répandue et enzootique. Néanmoins, dans notre étude, sur la base des signes cliniques et des paramètres de production, hématologiques et biochimiques, nous n’avons pas pu démontrer un impact significatif de l’infection par M. suis sur l’état de santé et les performances des troupeaux de truies, à l’exception d’une augmentation du taux de mortinatalité chez les cochettes.

SDRP : détection du virus vaccinal au sevrage immédiatement après une vaccination de masse

SDRP : détection du virus vaccinal au sevrage immédiatement après une vaccination de masse

Publication scientifique

Santé animale

SDRP : détection du virus vaccinal au sevrage immédiatement après une vaccination de masse

Le SDRP reste pour nous un axe de travail majeur, en particulier tout ce qui traite de l’approche diagnostique et des mesures de contrôles.
L’utilisation des vaccins vivants est aujourd’hui largement répandue dans les zones où le virus circule activement mais leur usage est davantage surveillé depuis que des souches recombinantes ont émergé. Dès lors que plusieurs souches vaccinales sont présentes dans un animal en même temps, ce sera le terrain propice aux évènements de recombinaison. Cela implique donc un schéma vaccinal sur les truies et les porcelets cohérent utilisant une même souche vaccinale pour les mères et les issues ou une vaccination des issues alors qu’ils ne sont plus virémiques.
Pour éviter le plus efficacement possible les recombinaisons, les connaissances en terme de circulations de souche vaccinale, qu’elle soit horizontale (de porc en porc par contact direct ou indirect) ou verticale (de la mère au porcelet à travers le placenta) doivent être approfondies. C’est l’objet de cette étude que nous avons menée dans un élevage stable et vaccinant toujours les truies. Cet essai en appellera d’autres, avec plus d’élevages et d’autres vaccins, nous l’espérons.
Les implications en terme de diagnostic et de construction de schémas vaccinaux sûrs et efficaces sont importantes.